Connexion

Nous avons 231 invités et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

JIJEL : CITÉ RABTA Des habitants réclament des ralentisseurs

La cité Rabta, la plus importante mais également parmi les plus ancienne citées de la ville de Jijel, a bénéficié d’une opération de revêtement en béton bitumineux, à la grande joie des automobilistes et de tous les riverains qui virent ainsi la fin de leur calvaire quotidien, tant la chaussée était complètement défoncée. Cependant, ce beau tapis d’asphalte a apporté avec lui également le danger. En effet, les riverains ont vite constaté la grande vitesse dont certains automobilistes abusent et les slaloms auxquels se livrent certains chauffards sur toute la longueur de ce tronçon allant de la rentrée jusqu’à sorite de la cité. Pour attirer l’attention des responsables concernés sur les dangers qui menacent leurs enfants notamment, les riverains ont décidé de placer des obstacles constitués de différents objets hétéroclites en travers de la rue. «Ce n’est pas possible ! Avant, lorsque la chaussée était toute délabrée, nous absorbions beaucoup de poussière mais nous avions au moins la paix car les usagers faisaient très attention et roulaient doucement. Mais avec ce nouveau revêtement, la route est devenue un circuit de formule 1 où certains chauffards roulent à 100 kms à l’heure. C’est inadmissible, des ralentisseurs doivent être installés, point final», nous diront certains riverains en colère. Pour les élus locaux, il est bien évident que des ralentisseurs seront incessamment installés d’autant plus que l’entreprise chargée du réaménagement est toujours sur place. D’ailleurs, l’absence de ralentisseurs n’a fait que renforcer la dangerosité du tronçon très fréquenté quotidiennement. À présent, personne n’est l’abri d’accidents. Selon nos informations, au courant de la semaine dernière, une enfant de cinq ans nommé Anis. B a été heurté par un véhicule qui roulait a grande vitesse, alors qu’il se rendait à la maison, malheureusement le choc a été très violent, la victime est toujours au service de réanimation a l’hôpital Mohamed Sedik Ben Yahia de Jijel. «Faut-il attendre la perte de vies humaines pour qu’une opération de pose de dos d’ânes soit entamée? Les autorités locales doivent agir en urgence. «Les gens ne sont pas conscients, ils roulent à vive allure sans se soucier des conséquences. Donc, il est impératif de trouver une solution», déplore Salim, un automobiliste habitant de la cité Rabta. Les autorités publiques ne devraient pas s’étonner et s’opposer aux habitants s’ils prennent la décision d’implanter, eux même, des dos d’ânes ou des ralentisseurs pour éviter un drame irrémédiable, car l’attente a longtemps duré, et l’inaction des dites autorités ne fait qu’accentuer le recours à ce procédé pourtant illégal. Pour rappel, le désormais ex-ministre de Travaux publics, Abdelkader Ouali, a déclaré, lors d’une séance plénière consacrée à l’APN, que le phénomène des ralentisseurs anarchiques se banalise à l’échelle nationale : «Près de 42% des ralentisseurs du réseau routier national ont été implantés de façon anarchique, non conforme aux normes techniques et sans autorisation des autorités publiques».odejjijel.org
L’Est Républicain 18/09/2016 Par M.Bouchama

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.