JIJEL : OULED YAHIA KHEDROUCHE: Les habitants de Beni Mimoune pataugent dans la boue

Les fortes pluies qui se sont abattues sur la ville de Jijel, la semaine passée, ont transformé le douar de Beni Mimoune dans la commune de Ouled Yahia Khedrouche au sud- est de Jijel en une véritable piscine naturelle. Conséquence : l’accès à cette localité aussi bien pour les automobilistes que pour les piétons y est très difficile. Ne pouvant pas ruisseler, les importantes quantités de pluie tombées se sont stagnées en formant d’immenses flaques d’eau. D’ailleurs, les automobilistes, eux, se voient obligés de se garer au milieu d’immenses mares d’eau, l’eau stagnante ne peut s’échapper. Elle ne peut pas non plus ruisseler, puisque le hameau ne dispose pas de conduites d’évacuation des eaux pluviales ou d’avaloirs. Au fait, à chaque intempérie, il est inondé par les eaux de pluies. Et il faut attendre plusieurs jours avant de voir disparaître toute cette flotte. Pis encore, cette flotte laisse place à d’immenses quantités de boue. À certains endroits, de petites flaques d’eau se forment sur la chaussée laquelle se trouve dans un état déplorable. En effet, nids de poules et trous béants parsèment l’unique voie d’accès menant à ce hameau. Excédés par cette situation, les habitants ont, à maintes reprises, interpellé les responsables municipaux et les autorités concernées mais leurs doléances sont restées à ce jour lettre morte. Les voies d’accès aux résidences sont pratiquement inaccessibles aux véhicules et le piéton devra faire tout une gymnastique pour accéder ou sortir en vue de vaquer à ses occupations nous dira un citoyen : “ Avec ces dernières averses, ils demeureront ainsi encore d’autres jours sous prétexte des intempéries. Cette situation nous contraint d’éviter les déplacements”. En effet, les voies d’accès sont impraticables. La boue et la gadoue couvrent la chaussée en plus des crevasses et des fossés causés par les eaux de pluie. Les habitants rencontrent des difficultés énormes pour se déplacer mais les dangers semblent ignorés par les uns et les autres. En cas d’une évacuation urgente, le véhicule de secours ou autre ne pourra pas y accéder pour déplacer la victime vers un établissement sanitaire. les sapeurs pompiers ne pourront pas intervenir. Les habitants sont en colère et sont prêts à agir négativement, nous dira un vieux du douar. En attendant, les habitants de la localité continus à patauger dans la flotte et la boue.odejjijel.org
L’Est républicain 21/11/2016 Par M. Bouchama