Connexion

Nous avons 656 invités et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

JIJEL: Augmentation des cas de violence contre la femme

Le Centre culturel islamique a abrité, avant-hier, une journée d'étude sur la violence contre la femme, organisée par la direction de l'action sociale (DAS) à l'occasion de la Journée mondiale de la violence contre la femme qui coïncide avec le 25 novembre de chaque année. Lors de son allocution, le directeur de l'action sociale a affirmé que la violence contre la gente féminine est un phénomène qui touche toutes les sociétés du monde. En Algérie, les femmes victimes de violences sont prises en charge par les directions relevant du secteur de la solidarité. “À la DAS de Jijel, des psychologues, des assistantes sociales et bien d'autres spécialistes du domaine éducatif sont désignés pour prendre en charge cette catégorie de la population, en plus des cellules d’écoute de proximité implantées sur tout le territoire de la wilaya et dont le rôle consiste à écouter les femmes et les filles battues et les prendre en charge psychologiquement”, a indiqué Salah Bensaâda, directeur de l'action sociale par intérim.
Les différents intervenants de cette rencontre n'ont pas omis de rappeler que la lutte contre ce phénomène est l’affaire de toute la société. Sur le plan religieux, l'imam de la mosquée Essounna, Mohamed Bouhbel, a indiqué que l'islam condamne tout acte de violence exercé contre la femme, se référant à la relation qu'entretenait le prophète avec ses épouses.
L’intervention de l’avocat Rachid Gamraoui est venue éclairer l’assistance sur les lois en vigueur qui pénalisent tout acte de violence contre la femme. Les agresseurs risquent des peines allant jusqu’à la prison ferme, a-t-il expliqué. Par ailleurs, le représentant de la sûreté de wilaya a encouragé les femmes victimes de violence à se présenter aux services de sécurité.
L'officier, qui a rappelé le rôle de la police et sa volonté à freiner la prolifération de ce phénomène, a présenté des chiffres alarmants à ce sujet. Selon lui, 129 cas de violence contre les femmes ont été enregistrés en 2016 à Jijel, contre 97 en 2015, soit 32 cas de plus. Le même officier a précisé que la majorité des cas enregistrés relèvent de la violence physique avec un taux de 69%, suivis des violences verbales, la maltraitance et la violence sexuelle.

RAYAN MOUSSAOUI

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.