Connexion

Nous avons 635 invités et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

TAHER : TRAVAIL AU NOIR Une vendeuse grièvement blessée

Des salariées chez le privé dans la commune de Taher à l’Est de Jijel, se plaignent d’être lésées dans le plus infime de leurs droits. Employées depuis des années comme vendeuses et dans des ateliers de confection, elles affirment qu’elles ne sont même pas déclarées à la sécurité sociale. Avant-hier, une vendeuse dans un magasin de vêtements à Taher a été hospitalisée suite à un accident de travail. Elle a été opérée en urgence à l’hôpital Medjdoub Said de Taher et il s’est avéré qu’elle n’a pas été déclarée à la CNAS. les services de la sûreté de daïra de Taher ont ouvert une enquête pour déterminer les circonstances exactes de ce drame. Par ailleurs , dans les statistiques avancées par l’ONS, la proportion des ruraux, comme il fallait s’y attendre, est plus élevée que celle des citadins.

De plus, une part importante des employeurs et des indépendants et des travailleurs non permanents ( près de 77%) ne cotisent pas.L’agriculture et le bâtiment se taillent la part du lion dans ces chiffres mais les services et le commerce sont concernés. Pour rappel, une enquête, faite à la même période avait révélé un taux de 199% de non-affiliés : autrement dit, les travailleurs et les employeurs qui échappent au filet de la Sécurité sociale, a augmenté dans des proportions importantes, alors qu’il était attendu, contrôle du ministère du Travail oblige, une diminution. On peut comprendre que les travailleurs n’ont pas le choix, quand les patrons conditionnent le recrutement à la non-déclaration, mais les employeurs ? En fait, si les employeurs ne s’affilient pas, c’est encore par calcul : échapper aux retenues et aux charges. Mais il s’agit de faux calculs dans la mesure où ne disposant pas de couverture sociale, ils encourent le risque, en cas de maladie, de ne pas bénéficier de prestations.Quant aux travailleurs, beaucoup ont déjà fait l’amère expérience de se retrouver, non seulement sans le sou mais aussi sans prise en charge médicale et sans médicaments. Lors d’un bref point de presse, le directeur de la CNAS de Jijel a appelé les employeurs à régulariser leurs situations en matière de payement des cotisations et à déclarer leurs employés non-affiliés avant la fin des délais prévus par la loi des finances . Pour rappel, ces mesures permettent à l’ensemble des employés de régulariser leurs situations, envers la sécurité sociale, soit par le payement de leurs dettes ou la déclaration de leurs employés, et ce, afin de bénéficier des exonérations des pénalités de retard. Les procédures de recouvrement forcé peuvent être suspendues dans le cas où les employeurs concernés introduisent une demande pour l’établissement d’un échéancier de payement de leurs dettes. Ces derniers peuvent également bénéficier des avantages et des dispositions de l’article 57 de la LFC 2015, contrairement aux employeurs, dont l’infraction liée à la non déclaration d’un travailleur est confirmée par les enquêteurs de la CNAS. odejjijel.org
L’Est Républicain 19/12/2016 Par M. Bouchama

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.