Programme de développement local à Jijel: Le prix de la gabegie

La gabegie a son prix. Son coût a été ces projets bâclés, réalisés dans le sillage des programmes de développement dans la wilaya de Jijel et sur lesquels des malfaçons sont apparues.

Le cas le plus édifiant concerne les projets d’amélioration urbaine, qui ont mobilisé des sommes colossales pour améliorer le quotidien des citoyens, pour enfin laisser un goût d’inachevé. Si le bitume, le gaz, l’eau et bien d’autres commodités ont atteint des quartiers entiers qui ont été désenclavés à la faveur de ces projets, il reste que les travaux de mauvaise qualité ont laissé leurs séquelles sur le terrain. «On aurait pu avoir mieux», se désole-t-on souvent dans ces quartiers, où certains projets semblent avoir été exécutés et réceptionnés sans se soucier de leur qualité.

Il est ainsi courant de constater que les chantiers ouverts ont souvent laissé des routes qui se dégradent de jour en jour, des trottoirs défoncés, des réseaux d’assainissement et d’eau éclatés, un système d’éclairage défaillant et des espaces verts qui n’ont résisté que le temps durant lequel ils ont été aménagés. Un arrière-goût amer se dégage aujourd’hui de certains de ces projets, lancés pourtant avec de gros moyens que l’Etat a débloqués pour rendre plus agréable le cadre de vie des citoyens. Mais
c’ était sans compter sur le laisser-faire des uns et des autres et le manque de qualification de certaines entreprises qui ont fait main basse sur ces opérations.

Les bureaux d’études et de suivi ont, pour les initiés, leur part de responsabilité dans ces défaillances, quand ils assistent, comble de la complicité, sans réagir aux malfaçons que le commun des gens peut observer. Des ouvriers, employés dans des conditions précaires par ces mêmes entreprises, qui se hâtent d’achever les travaux qui leur sont confiés, sans tenir compte de leur qualité, ont été affectés à la réalisation de tâches qui dépassent leurs compétences.

Des citoyens ont souvent assisté, l’air médusé et impuissant, à la conduite de ces opérations, qui ont réduit presque à néant leur impact sur l’embellissement de leur quartier. L’ardoise est lourde à supporter quand on sait que 200 milliards de centimes ont été investis depuis 2010 dans les projets d’amélioration urbaine à travers l’ensemble de la wilaya de Jijel.
Le plus déplorable est que la volonté de l’Etat de faire bénéficier le citoyen d’un cadre de vie à la hauteur de ces montants, du temps où l’argent ne manquait pas, n’a eu d’égal que le préjudice porté à tout cet effort.

Amor Z. Programme de développement local à Jijel: Le prix de la gabegie

https://www.jijel.info/local/4415-cite-de-la-plage-resultats-du-bricolage