Bilan 2014 rapport présenté à l'APW

Un document exhaustif sur les activités des Services de l’Etat dans la Wilaya de Jijel durant l’année 2014 et la période quinquennale 2010-2014 a été remis aux élus de la Wilaya. Chacun peut y trouver les détails nécessaires sur l’ensemble des secteurs d’activités. Ainsi, le présent document ne reviendra pas sur ces détails mais présentera une synthèse des activités de la Wilaya.
Par ailleurs, comme l’exercice 2014 coïncide avec la fin du Plan Quinquennal 2010-2014, il est plus significatif de traiter de toute la période des cinq années.
AXES PRINCIPAUX DE LA DEMARCHE DE LA WILAYA:
 
Durant la période 2010-2014, la démarche de la Wilaya s’est articulée autour des axes suivants :
 
-Conduite du développement local à travers la mise en œuvre des PSD et des PCD.
 
-Contribution au lancement de grands projets structurants.
 
-Correction progressive des disparités entre le monde urbain et les zones rurales.
 
-La relance de l’investissement.
 
 
I-LA CONDUITE DU DEVELOPPEMENT LOCAL :
 
SITUATION FINANCIERE :
 
-Durant l’exercice 2014, la Wilaya de Jijel a consommé presque la totalité des crédits de paiement qui lui ont été délégués : 13.200.000.000 DA sur 13.300.000.000 DA (PSD et PCD), soit   99,4 %.
-Durant la période 2010-2014, la Wilaya a consommé 75% des crédits de paiement délégués, soit 59.164.968.000 DA sur78.356.089.000DA.
Ces chiffres ne tiennent pas compte des dépenses de l’OPGI sur L’Habitat qui sont de l’ordre de 20 Milliards de dinars durant cette période.
 
Au 31/12/2014, le volume global des autorisations de programmes (AP), y compris les reliquats du Plan quinquennal 2005/2009, est de 161.114.833.000DA                              sur lesquelles il a été consommé 83.777.726.000 DA, soit51,9 %(51,8 % à la fin du quinquennal 2005-2009).
 
Ces montants illustrent les efforts de l’Etat dans la Wilaya de Jijel.
 
 
 
SITUATION PHYSIQUE
 
 
Au plan physique, à ce jour, la Wilaya de Jijel gère 3204 opérations, dont :
- Opérations achevées : 1979 (dont   1516clôturées).
-Opérations en cours : 1177
-Opérations à l’arrêt : 12
-Opérations non lancées : 36
 
 
Ainsi, les projets à l’arrêt et non lancés en réalisation ne représentent que 0,01% du total des projets.
 
 
Il convient d’y ajouter le programme de logements financé sur le Fonds national du logement : la situation se présente comme suit :
-Nombre de logements lancés entre 2010 et 2014 : 21.454.
-Nombre de logements achevés : 15.640 (Social : 5383, LSP/LPA : 686, Rural : 8798, AADL : 72, Promotion immobilière publique : 268, Logements d’astreinte : 192, auto-construction avec certificat de conformité : 211, FNPOS : 30).
 
 
 
ATTRIBUTION DE LOGEMENTS
 
Durant la période 2010 / 2014, le nombre de logements sociaux attribués est de 8264, répartis comme suit :
-LPL : 6443
-RHP : 1821.
Ces chiffres n’ont pas d’équivalent dans les périodes antérieures(3097 logements durant le quinquennal 2005/2009).
 
Ces chiffres illustrent les efforts déployés en matière de développement local. Il conviendrait de les comparer à la moyenne des Wilayas pour les apprécier objectivement.
 
 
II- CONTRIBUTION AU LANCEMENT DES GRANDS PROJETS STRUCTURANTS :
 
La période 2010-2014 a vu le lancement de grands projets dans la wilaya de Jijel. On peut citer :
 
-Le renforcement des capacités du Port de Djendjen à travers deux grandes opérations : la protection du port contre les tempêtes et le Terminal à conteneurs.
 
-Le lancement de la Pénétrante autoroutière Jijel- El Eulma sur 110 kms.
 
-Le lancement de la Centrale Electrique 1600 MWTS à Bellara.
 
-Le lancement du Complexe sidérurgique de Bellara.
 
-Le lancement des études de dédoublement de la voie ferrée Jijel-Ramdane Jamel avec une ligne prioritaire sur la zone industrielle de Bellara.
 
-Le lancement des études pour la réalisation d’une voie ferrée entre Jijel et Sétif sur 150 kms.
 
-La modernisation de l’aéroport Ferhat Abbes (aérogare, piste d’atterrissage, nouveau salon d’honneur).
 
-Le lancement des études pour un tramway et un téléphérique.
 
-Le renforcement de l’Université de Jijel par le lancement du 3eme Pôle universitaire, d’un noyau universitaire à El-Milia et de l’étude pour la réalisation d’un hôpital de 240 lits (actuellement en appel d’offres pour travaux) et d’une faculté de médecine, piliers du futur CHU de Jijel.
 
-Le renforcement du secteur de l’Education par la livraison de 8 lycées, 10 CEM, 15 Groupes Scolaires et 65 cantines.
 
-Le renforcement des capacités hydrauliques de la Wilaya par l’achèvement du barrage de Boussiaba de 120 millions de M3, du lancement du barrage de Tabellout de 300 millions de M3 ( actuellement à 90%), du lancement de l’AEP de 6 communes en aval de Boussiaba et de l’étude d’AEP de 7 communes en aval de Tabellout, ainsi que la réception d’une station de traitement de 100.000 M3/Jour pour l’AEP de Jijel et d’El Aouana.
 
- le renforcement des infrastructures culturelles et de jeunesse par le lancement d’un Théâtre Régional et d’une salle OMS de 3000 places.   
 
-Le lancement de 21.454 logements tous segments confondus.
 
III- CORRECTION PROGRESSIVE DES DISPARITES ENTRE LE MONDE URBAIN ET LES ZONES RURALES :
 
En raison de son relief essentiellement montagneux et à cause des conséquences de la décennie noire, la Wilaya de Jijel a connu un très fort exode rural qui a entrainé le surpeuplement des villes situées sur la bande côtière et la surcharge de leurs infrastructures. Cette situation a occasionné à la Wilaya de Jijel un grave déséquilibre spatial susceptible de freiner son développement socio-économique.
Depuis 2011, la Wilaya a initié un programme appelé « fixation et retour des populations ». Il a bénéficié d’une enveloppe moyenne de 500 millions de dinars par an orientés vers le désenclavement des communes et villages les plus touchés par l’exode. Ce programme a été appuyé par l’habitat rural, l’électrification rurale, les PPDRI etc… 
Aujourd’hui, nous pouvons affirmer que la tendance à l’exode a été inversée. De Beni-Ferguène à Erraguène, en passant par Djebra,Merchicha et par les hauteurs d’El Aouana, certaines populations sont retournées dans leurs villages, beaucoup d’autres reviennent au travail de leurs terres. Cette tendance s’accélère également grâce à la mise en place des conditions de sécurité. Elle a besoin d’un soutien à long terme pour fixer les populations concernées.
 
 
IV- LA RELANCE DE L’INVESTISSEMENT :
 
De 2011 à ce jour, 115 projets d’investissements ont été implantés par la Wilaya de Jijel à travers le Calpiref.
L’encouragement de l’investissement constitue un axe prioritaire des pouvoirs publics car seule l’entreprise est capable de créer des richesses et des emplois durables.
C’est pour cette raison que de nouvelles zones d’activités, zones touristiques et zones industrielles ont été initiées. On peut citer : les ZET d’El Aouana, de Bordj Blida, de Ras El Afia, beni-Belaid; la zone d’activité d’Ouled Yahia Khedrouche, les zones industrielles de Tamentout et du périmètre Chahna-Oudjana confiées à l’ANIREF. Les prospections se poursuivent pour dégager d’autres espaces à dédier à l’industrie.
 
 
 
CONCLUSION :
 
Malgré les efforts déployés et les résultats encourageants obtenus, il reste beaucoup à faire pour le désenclavement des populations, l’extension du raccordement au gaz naturel, l’entretien et le développement du réseau routier, l’éducation, la santé, la création d’emplois etc… 
 
Il reste aussi à convaincre le Secteur de l’Agriculture que la rareté du foncier rend incontournable le recours à la distraction des terres agricoles et forestières.
 
Il convient également de convaincre les Autorités en charge de l’élaboration et de la mise en œuvre du code des marchés publics de la nécessité d’introduire les assouplissements nécessaires pour faciliter la réalisation des projets inscrits.
 
Il est également indispensable d’encourager l’émergence et la venue d’entreprises sérieuses et performantes pour prendre en charge le programme de développement.
 
Grâce aux grands projets structurants en cours de réalisation ou projetés, la Wilaya de Jijel est éligible à jouer à l’avenir les premiers rôles dans l’échiquier économique algérien.
Des ouvertures sur l’économie internationale lui sont également offertes par le port de Djendjen et par la zone industrielle de Bellara.
 
Message transmis de la wilaya de Jijel