Connexion

Nous avons 476 invités et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

EPSP de Sidi Marouf (Jijel) : Débats sur le diabète et le Ramadhan

L’EPSP de Sidi Marouf a proposé, jeudi dernier, aux médecins affectés aux consultations médicales dans leurs différentes structures un débat scientifique autour du «Diabète et le Ramadhan» à l’approche du mois du jeûne, pour les initier aux dernières recommandations dans ce domaine.
En présence de nombreux praticiens généralistes, Dr Bouab Diaeddine, spécialiste en diabétologie et endocrinologie, a présenté ces recommandations sous forme d’un large aperçu sur le diabète pour enfin conclure que «malgré la tolérance de la religion, un nombre non négligeable de patients va s’obstiner à jeûner».


L’intervenant a rappelé que l’université Al Azhar, en Egypte, l’une des plus influentes autorités de l’islam dans le monde, a donné son feu vert aux médecins pour autoriser leurs patients à ne pas observer le jeûne pendant le Ramadhan. Ce feu vert a été obtenu, a-t-il rappelé, suite à l’intervention de deux sociétés savantes, «la Fédération internationale du diabète» et «Diabète and Ramadhan», qui ont sollicité un avis religieux «fetwa» sur le jeûne du diabétique.
«Malgré ces recommandations, les malades s’obstinent à jeûner, dont des diabétiques de type 1 sous multiples injections d’insuline», remarquera Dr Nabil Boulghobra, médecin affecté au suivi des diabétiques. Pour faire face à cette obstination, pouvant être à l’origine de graves complications du diabète, Dr Bouab recommande le dosage de la glycémie à des horaires adaptés à raison de trois fois par jour, et surtout une adaptation du traitement pendant le Ramadhan.
L’arrêt du jeûne devient une recommandation absolue en cas d’une hypoglycémie à 0,60 g/l ou une hyperglycémie à 3 g/l, selon ce qu’il est recommandé. Il faut rappeler qu’avant cette intervention, le thème «Diabète et grossesse» a également fait l’objet d’un débat dans le cadre de cette rencontre, initiée par Dr Abdelmalek Boumaïza, directeur de l’EPSP de Sidi Marouf, suite aux instructions du ministère de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière.odejjijel.org
El Watan 22/05/2017 Par Amor Z.

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.