Connexion

Nous avons 682 invités et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

Rue du 20 Août à El Milia: Les commerçants informels sont de retour

q

A voir ce qui se passe à la rue du 20 Août, en plein cœur de la ville d’El Milia, seconde agglomération de la wilaya de Jijel, de par l’anarchie qui y règne, le commun des gens est en droit de s’interroger sur les instructions données pour interdire toute forme d’occupation des espaces publics à des fins de commerce illégal.

A son arrivée à Jijel, en août 2015, le wali, Larbi Merzoug, avait, en effet, entamé une vaste opération de lutte contre cette pratique qui a longtemps terni l’image des villes et villages dans cette wilaya. Le résultat n’a pas tardé à apparaître quand des agglomérations, des cités et des espaces publics ont été entièrement libérés, ce qui leur a permis de  retrouver leur splendeur, au grand bonheur des citoyens qui ont salué cette courageuse initiative.

 

Mais c’était sans compter avec le laisser-faire de certains responsables au niveau local, à El Milia, qui, par un retour à leurs vieux réflexes laxistes, ont fait semblant de ne rien voir à ce qui se passe à la rue du 20 Août, transformée depuis le début du mois de Ramadhan en une véritable arène de désordre et d’anarchie.

La réoccupation totale du trottoir et de la voie publique et l’obstruction entière de la circulation par certaines personnes, qui ont été chassées de là, et aussi par les mêmes pratiques d’exposition des marchandises en dehors des magasins, a donné lieu à une situation qui échappe à tout contrôle. Au grand mépris de toutes les règles de l’ordre et de l’hygiène, on vend tout sur le trottoir et dans la rue dans une confusion qui empêche le piéton de se frayer un petit bout de chemin au milieu des camionnettes de fruits et légumes.

Outre la saleté des lieux, viennent s’ajouter des comportements déplorables, dont les rixes, vociférations et prises de têtes. «Il faut venir voir le vendredi, quand des dépôts d’ordures et un tas de déchets laissés par tous ces vendeurs viennent s’accumuler en pleine rue et polluer davantage les lieux sans qu’on intervienne pour les enlever», fera remarquer un commerçant, visiblement indigné par un tel laisser aller.odejjijel.org

El Watan 12/06/2017 Par Amor Z.

 

Commentaires   

yasmine
# yasmine 14-06-2017 11:33
Oui mais apparement pour l'instant monsieur le wali est occupé à faire la chasse aux gens qui veulent construire un petit chez soi dans la dignité.
Igel
# Igel 15-06-2017 13:00
Effectivement, c'est cela même qui doit l'exténuer. Apparemment, toute son énergie y est consacrée. Toute la wilaya n'a jamais été aussi sale, délaissée, clochardisée que depuis son arrivée. Mais soyons objectifs, ce n'est certainement pas à lui de régler cela, mais à ses équipes qui ne font rien d'autre que régler des comptes entre elles. Tout cela fait que Jijel est la dernière des wilayas en matière de progression du niveau de vie relativement à ses ressources et à son capital. Ah si! Il y a une chose qui évolue à Jijel le nombre de sirènes des véhicules officiels; même à Alger on n'entend pas ça! Ici, on promène des prisonniers avec des sirènes !!!
Igel
# Igel 13-06-2017 12:05
Nous nous posons toujours ces questions auxquelles nous connaissons les réponses. Monsieur le Wali est probablement fatigué par cette population qui n'assume pas sa part de responsabilités. Quand je sais que tel marchand est en règle, c'est chez lui que je vais. Mais je vois que tout le monde va chez l'autre. Je vois que les gens s'arrêtent au bord de la route pour acheter de l'oignon et des patates et la gendarmerie qui laisse faire. Laisser faire est normal quand on ne sait pas faire, quand on n'a pas été éduqué correctement. Les responsables locaux sont loin de faire preuve de compétence et ceux qui les ont élus ne leur demandent rien car cela leur profite. TOUT LE MONDE Y GAGNE et les lois qui gèrent tout cela sont au fond des tiroirs. LE REEL PROBLEME EST QUE CE QUE NOUS LAISSONS AUX JEUNES CE NEST QUE CHAOS ET SALETE. Ils y vivront et nous ferons le reproche. Ils verront que les nations évoluent et que nous regressons à vue d'oeil. Allah yestar mais nous sommes proches de Mediene et Chouaib.

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.