Pour promouvoir le tourisme Des investisseurs des pays du Golfe à Jijel

Des investisseurs arabes spécialement des pays du Golfe ont soumis des propositions au ministère du Tourisme et de l’Artisanat pour la réalisation de projets touristiques sur le littoral du saphir bleu qui s’étend de Ziama Mansouriah à El-Milia sur une distance de 120 kilomètres. C’est ce que nous avons appris du wali de Jijel, Ali Bedrici, lors d’une conférence de presse tenue avant-hier au siège de la wilaya. Un délai jusqu’à l’été prochain a, cependant, été fixé aux investisseurs pour faire état de leurs offres officiellement. Il s’agit, en fait, de projets qui seront réalisés sur un périmètre continu sur des zones côtières de la wilaya de Jijel. Aussi, pour répondre à cette offre, la moitié de la zone d’extension touristique (ZET) d’El-Aouana, une ville balnéaire située à 20 kilomètres de Jijel, sera réservée à des investisseurs arabes qui réaliseront des hôtels afin de promouvoir le tourisme dans cette ville. Il s’agit, entre autres, de la réalisation de plusieurs hôtels allant de deux à quatre étoiles, une cinquantaine de bungalows et plus de 130 villas touristiques de haut standing. Outre la ZET d’El-Aouana déclarée initialement sur une superficie de 167 hectares, la wilaya de Jijel englobe

11 zones d’extension touristique, dont 2 ont été officiellement approuvées avant-hier, lors de la session ordinaire de l’Assemblée populaire de wilaya (APW). Il s’agit de la zone de Ras El-Afia communément appelée le grand phare et la zone de Bordj Blida, dite Andrew. Il y a quelques années, la wilaya de Jijel a recensé un total de 19 ZET, dont 8 ont, malheureusement, été annulées pour des raisons de constructions illicites qui sont venues se greffer dans le périmètre de ces zones. Cet état de fait nous ramène à dire que le tourisme à Jijel accuse un retard considérable qui se manifeste notamment durant la saison estivale. En fait, certains professionnels du secteur dénoncent l’absence d’une vision stratégique et cohérente à long terme, ce qui a engendré la perte d’espace mais aussi de temps. En attendant du concret, la ZET d’El-Aouana est laissée en “jachère” tout comme les autres zones d’extension touristiques de la wilaya.odejjijel.org

Liberté 18/03/2015 Par Mouloud SAOU