Connexion

Nous avons 340 invités et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

Une journée sans voiture à Jijel

19598744 1558515410877309 3475068913657400271 n
Cette Journée s’est déroulé sous les slogans : “Respecter son environnement, c’est préserver l’avenir” et “Debout ou assis, le sport ça nous réussit”. La 
Les organisateurs veulent, à travers cette action, “permettre aux jeunes et aux moins jeunes de battre le bitume sans le danger des voitures et assister à des activités culturelles et sportives”.
Soulignant que « cette nouvelle édition se distingue de sa précédente  par  ses différentes animations, programmées jusqu’à 18h ».
Cette opération devenue un rituel annuel, entre dans le cadre de sensibilisation au respect de l’environnement et l’amélioration de la qualité de vie et ce, par la lutte contre la pollution urbaine. 
Forte du succès de la journée sans voiture lancée samedi 1 juillet 2017, le président de l’association M. Abderrahim Abed  soulignant que « cette nouvelle édition se distingue des précédentes par  ses différentes animations, programmées jusqu’à 16h ».
Cette intéressante initiative a été organisé par l’Association Roaya de Développement et protection de la Jeunesse et de l’Enfance, mais aussi de la direction de la direction de l’environnement et de la sûreté nationale, et d’autres institutions publiques, cet événement annuel ajoute-t-il  « se veut comme un espace de convivialité mais aussi de récupération de la rue par les piétons », Il a en outre noté que « des animations musicales et artistiques ont été programmées sur les principales places et placettes situées tout le long du parcours» dit-il, « avec également des ateliers didactiques sur la sécurité routière et de peinture pour les enfants clowns et autres », et ajoute-t-il, «l’organisation d’une course  de vélo  avec la participation de pas moins de 50 enfants ». 
Cette opération devenue un rituel annuel, entre dans le cadre de sensibilisation au respect de l’environnement et l’amélioration de la qualité de vie et ce, par la lutte contre la pollution urbaine.  
 Le chef de daïra de Jijel, Djelloul Cheboui a souhaité non seulement renouveler chaque année l'opération mais aussi élargir son périmètre à toute la ville. Lors cette première édition 2017, la circulation avait été interdite dans un secteur très limité tout le long de l’Avenue du 1er Novembre 1954 jusqu’au siège d’APC. La prochaine journée sans voitures est prévue le vendredi 29 juin 2018.
De même, les amateurs de vélos et trottinettes pourront s'y adonner avec joie, comme  de coutume, tout au long des trois avenues de Jijel-Centre.
H.R : Quel est l'impact d'une journée sans voiture ?
Aberrahim Abed : C'est une initiative intéressante parce que d'une part elle révèle la ville sous un nouvel angle. On voit une ville plus agréable, plus calme, plus conviviale. Et cela donne à voir les opportunités d'un changement plus pérenne. (…) Après, en terme concret le jour J, on l'avait vu en 2016 avec la première édition de la journée sans voiture, la pollution avait diminué, notamment les émissions en dioxyde d'azote de 20 à 40 %. La pollution sonore avait aussi considérablement diminué. Cela aide à l'appropriation de ce type de mesures, parce qu'elles portent leurs fruits le jour J et donnent du crédit à celles qui peuvent être mises en place de façon plus pérenne pour aller vers une ville avec moins de voitures.
H.R : Que représente la pollution des voitures pour les émissions de gaz à effet de serre ?
Aberrahim Abed :  Pour les émissions des gaz à effet de serre, les voitures représentent à peu près 50 % des émissions des transports qui sont le premier secteur émetteur en Algérie. Ce qui fait à peu près 18 % des émissions de l’Algérie. Après ce n'est pas seulement les déplacements en ville, ce sont aussi les déplacements de longues distances. La moitié des déplacements automobiles en Algérie fait moins de 4 km. Aujourd'hui les villes sont aménagées de telle façon qu'on a l'impression, et c'est souvent vrai, que la voiture est nécessaire mais en réalité non, si les collectivités locales aménageaient la ville autrement.
H.R : Quels sont les autres secteurs responsables des émissions de gaz à effet de serre ?
Aberrahim Abed : Il y a l'agriculture, le résidentiel, l'industrie. Tous ces secteurs-là ont de l'impact en termes d'émissions de gaz à effet de serre. Ce qui nous invite à lutter contre tous ces fronts pour lutter contre le changement climatique. En ce qui concerne les transports, cela passe nécessairement par un changement de comportement.
Hocine Rida

Commentaires   

yasmine
# yasmine 06-07-2017 13:38
Une journée sans voitures, qui s'est transformée en journée à grands encombrements. la journée ( samedi) était mal choisie bien que c'etait une belle initiative , les journées sans voitures sont généralement organisées un vendredi ou l'activité est très réduite et ou les citoyens peuvent béneficier plus à l'aise de cette initiative, et non un jour ouvrable qui se transforme en cauchemard , vu le peu d'alternatives restantes pour assurer un flux raisonnable de voitures sans gêne et sans case têtes .
Foughali
# Foughali 09-07-2017 10:25
Citation en provenance du commentaire précédent de yasmine :
Une journée sans voitures, qui s'est transformée en journée à grands encombrements. la journée ( samedi) était mal choisie bien que c'etait une belle initiative , les journées sans voitures sont généralement organisées un vendredi ou l'activité est très réduite et ou les citoyens peuvent béneficier plus à l'aise de cette initiative, et non un jour ouvrable qui se transforme en cauchemard , vu le peu d'alternatives restantes pour assurer un flux raisonnable de voitures sans gêne et sans case têtes .

Salut yasmine
J'admire votre optimisme ...,
Pourtant, vous connaissez le bled mieux que moi, et à ce titre vous savez que l'algérien est au stade de l'affirmation de soi, de son image et de son pouvoir..,
Ainsi la voiture fait partie des signes extérieurs de richesse, puissance, réussite etc...
Alors, comment voulez vous''dépêcher d'utiliser sa voiture un jour où il sort pour voir et être vu ?
L'idéal serait de commencer par faire "une heure sans volant", et après quelques années atteindre le stade de la journée...,
Et comme vous le dites, une journée ville sans véhicule...mais un jour qui ne dérange surtout pas le citoyen algérien ..,,
Alors, si je devais proposer un changement dans le comportement , c'est de demander aux gens de ramasser leurs déchets pour les déposer dans une poubelles et pas sur la voie publique....c'est n'apprendre aux enfants d'être propre, citoyen civilisé en leur apprenant lésés des valeurs et du civisme ...,,
Ils finiront par grandir et devenir de véritable citoyens responsables et dignes !!!!
A part ça, continuez vos prêches , ils finiront par toucher le subconscient du citoyen algérien..,,
Il n'y a pas raison pour ne pas réussir !
Bonne journée
Foughali sociologue du dimanche ...,,

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.