Connexion

Nous avons 410 invités et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

Commune de l’Emir Abdelkader: L’urgence de l’installation d’une passerelle

l19082017wat

Presque déserte durant la saison estivale, la longue plage de Tassoust, dans la commune de l’Emir Abdelkader (8 km à l’est de Jijel) est devenue une destinée de choix pour beaucoup d’estivants.

Grâce au boom urbanistique qu’a connu cette localité du nord de la commune de l’Emir Abdelkader surtout depuis l’implantation du deuxième campus universitaire de la wilaya, Tassoust reçoit des centaines d’estivants arrivant des wilayas de l’intérieur du pays, particulièrement celles de l’Est.

Seulement, pour accéder à la vaste plage qui s’étend sur quelques kilomètres, il faut dans un premier temps traverser la voie ferrée puis l’espace le plus dangereux : la RN43 dédoublée. Que ce soit du côté de l’hôtel Les Emeraudes ou à l’accès de la plage Djenana, le sort de dizaines de familles se joue sur un rien. Femmes, enfants, jeunes et moins jeunes traversent les quatre voies de la RN43 (deux pour chaque sens de la circulation) pour accéder à la plage. N’était la compréhension et la patience de beaucoup d’automobilistes, les accidents mortels pourraient endeuiller chaque jour des estivants. C’est dire l’urgence de réaliser une passerelle pour permettre aux piétons de franchir cette route sans le moindre danger.

Durant les autres saisons, le danger est omniprésent pour les étudiants qui accèdent au campus universitaire en traversant dangereusement cette voie rapide, parsemée de…ralentisseurs. Le plus drôle est le fait d’installer des ralentisseurs près des passerelles déjà existantes – comme celles de Bazoul et Sidi Abdelaziz – faisant croire qu’on invite les piétons à ne pas prendre ces passerelles, puisque la circulation automobile est ralentie par ces «dos-d’âne».  Reste par ailleurs à espérer que l’ouverture attendue de l’échangeur de Tassoust – annoncée pour fin juin– atténuera cette ruée des piétons, puisqu’il y aura ainsi la possibilité de rallier la plage soit avec son propre véhicule, soit en bus sans avoir à faire un grand détour via El Achouat dans la commune de Taher, 13 km à l’est de Jijel.odejjijel.org

El Watan 20/08/2017

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.