En attendant Godot à la sauce jijliya

qmq

Depuis quelques semaines s'observe une fatigue terrassant à Jijel. Ce phénomène s'empare des jijliyen toujours quand il y a nécessité de bouger. Et le moment est là. Ils sont en face d'une chance formidable, qui ne se rate pas. Une chance d'améliorer leur quotidien et celui de leurs enfants. Une chance de pouvoir dire: J'ai fait mon devoir. Une option complètement positive: si on gagne bravo et sinon on aurait fait son devoir et on pourra toujours dire « I was there». Mais c'est tout le contraire, tout le monde attend.

Tout le attend et ne sait même pas ce qu'il attend‎. L'esprit au ralenti, la pensée cotonneuse, heureusement qu'il y a la routine. Nous serions même poussés à croire que cette population nage dans le bonheur, que tout est parfaitement fait. Il ne faut surtout rien déranger. Tous les systèmes fonctionnent, la santé, l'éducation, le commerce, les transports, l'environnement, l'industrie, l'administration... Bref, tout marche. Donc, on ne bouge pas, on laisse surtout tous les neurones au repos. On attend.

BONNES VISIONS
Igel