Connexion

Nous avons 442 invités et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

Déficit en personnel paramédical à Jijel : Les établissements hospitaliers en état de grâce

En crise depuis des années, le secteur de la santé dans la wilaya de Jijel souffre toujours d’un déficit en personnel paramédical.

Pour la seule année de 2014, 220 paramédicaux issus des différentes spécialités ont choisi de prendre leur retraite après des années de bons et loyaux services. Certains, et ils sont nombreux, ont du jeter l’éponge, la mort dans l’âme, et d’une manière anticipée avant même d’atteindre l’âge de 60 ans, à cause de la pression et de la charge de travail qu’ils subissent dans un environnement hospitalier de plus en plus difficile.

Cette situation a provoqué une véritable saignée dans les établissements publics de santé, brutalement privés de leurs cadres paramédicaux les plus expérimentés. «Si on ne trouve pas de solution à ce problème, on risque de se retrouver avec plus de médecins que d’infirmiers », a averti le wali de Jijel, lors de la dernière session de l’APW.

Pour parer au plus urgent, les responsables du secteur se sont lancés dans une course contre la montre pour former autant d’infirmiers que possible. D’ici 2019, il est prévu la formation de quelques 2000 paramédicaux entre aides-soignants et infirmiers de santé publique, selon Ammar Lagouassem, directeur de la santé de la wilaya.

Pour répondre à cette impérative, une demande expresse a été faite par le wali aux directeurs de l’éducation et de la formation professionnelle pour dégager au secteur de la santé les salles de cours dont ils n’ont pas besoin pour renforcer les structures de formation des aides-soignants. Une proposition a même été faite pour recourir aux locaux construits dans le cadre du programme des 100 locaux par commune pour les affecter à la formation de ces agents.

Autant dire que si le déficit en personnel paramédical n’est pas comblé d’ici quelques années, on craint que les nouveaux hôpitaux à réaliser, à Ziama Mansouriah, Chekfa, Belghimouz et Djimla, restent des structures sans âme.

Actuellement, on compte plus de 260 aides-soignants en formation dans des classes annexes, à Jijel, Ziama-Mansouriah, El Milia et Sidi Marouf, en plus des infirmiers de santé publique qui poursuivent leur cursus dans les instituts paramédicaux à Jijel et ailleurs.

« Sans CHU, pas de santé », selon le wali
Lors de la dernière sessionde l’APW, tenue avant-hier, le wali de Jijel, Ali Berdrici, est revenu sur le projet du CHU, martelant que l’avenir
de la santé dans la wilaya passe inéluctablement par
 la concrétisation de cette structure hospitalière universitaire. «Sans CHU il n’y a pas de santé à Jijel»,

a-t-il lancé devant les élus. Revenant tel un leitmotiv dans les discours des responsables de la wilaya, depuis déjà quelques années, ce projet
est tributaire de la réalisation d’une faculté de médecine, dont on prévoit l’implantation au niveau du troisième pôle universitaire d’El Aouana,
à l’ouest du chef-lieu de la wilaya de Jijel. Cette faculté est appelée à être le pilier du futur CHU de Jijel, selon les projections annoncées.

Un nouvel hôpital de 240 lits, dont le projet est actuellement au stade de l’appel d’offres, est également inscrit dans le registre des nouvelles infrastructures de santé à Jijel. 
El Watan 24/03/2015 Par Adam S.

 

 

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.