Ali ne comprend pas

Ali dort encore

Ils n'ont pas été invités mais ils sont parmi nous. Ils ont fuit l'horreur et se retrouvent coincés chez nous avec femmes et enfants. Ils n'ont pas de statut mais des centres d'hébergement. Ils n'ont pas le droit de travailler alors ils se font mendiants. Certains affirment qu'ils gagnent bien leur vie. Ils font comme ils peuvent, ils débrouillent. Il y en a même qui rêvent de pouvoir rester et de trouver du travail, comme Ali. Il est mécanicien. Il est Malien. La journée, il charge des briques dans des villas en construction, à l'abri de tous les regards. Mais quand vient la nuit, au lieu de se mettre à l'abri, il se cache dans un carcasse de villa abandonnée, exposé au froid et au vent. Il ne compte pas sur les autres mais il ne comprend pas pourquoi nous sommes comme nous sommes, baignant dans des richesses sans les voir.


Igel