Connexion

Nous avons 472 invités et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

Pénétrante autoroutière à Jijel: Seulement 30% d’avancement

14122017wat

Plusieurs facteurs continuent de retarder la réalisation de ce projet, dont on ne cesse de louer l’importance pour relier El Eulma au port de Djen Djen, mais sur le terrain…

Les retards de paiement et la faiblesse des crédits octroyés par le ministère des Finances participent dans la lenteur des travaux qui caractérisent le chantier de la pénétrante autoroutière Djen Djen (Jijel) – El Eulma (Sétif) sur 110 km. Ce sont là, avec les difficultés dans la sécurisation du couloir, la topographie de la région, le retard dans les opérations de libération du tracé et le changement de certains tronçons prévus dans l’étude préliminaire, les causes invoquées par le ministre des Travaux publics et des Transports, Abdelaghani Zaâlane, dans une réponse écrite à une question de la députée Bedra Ferkhi, datée de novembre dernier.

 

Le projet, dont les travaux ont officiellement démarré en mars 2014, a atteint, 44 mois après, un taux d’avancement de 30%. Un chiffre qui fait froid dans le dos. Dans la même missive, le ministre écrit que l’Agence nationale des autoroutes (ANA), en sa qualité de maître d’ouvrage délégué, a mis en demeure certaines entreprises en charge de ce projet pour renforcer le chantier en moyens humain et matériel, afin de rattraper le retard et accélérer le rythme des travaux.

D’un autre côté et en réponse à une autre question relative au projet routier devant relier Chekfa à Ouled Asker, en passant par Boumelih et Atroui, sur une distance de 16 km, le ministre a indiqué que ce projet inscrit en 2014, vient de faire l’objet d’un appel d’offres national ouvert et que suite à l’ouverture des plis, le projet a été confié à l’entreprise Nostrap pour un montant de 215 millions de dinars et un délai de 5 mois.

Si pour le projet à Chekfa, l’espoir de le voir rapidement achevé est réaliste, pour la pénétrante, les choses semblent traîner, bien qu’après la visite de l’ex-ministre des Travaux publics, Abdelkader Ouali en février 2016, les choses aient commencé à bouger dans le bon sens.

Actuellement, et dans l’attente de la livraison de la pénétrante autoroutière Djen Djen-El Eulma, la priorité est dans l’achèvement des travaux sur la RN77, notamment les viaducs enjambant respectivement l’oued Missa et oued R’ha dans la wilaya de Jijel, ainsi que la problématique de l’ouvrage sur l’oued Mnar, dans la commune de Tassadane Haddada (wilaya de Mila), dont la réception a beaucoup tardé. Une fois mis en service, ces trois ouvrages d’art allègeront d’au moins une trentaine de minutes le parcours entre Jijel et El Eulma.odejjijel.org                

El Watan 14/12/2017 Par Fodil S.

 

Commentaires   

jitex
# jitex 14-12-2017 19:42
A mon avis c'est à peine 10 pour cent qui ont été réalisés. Un projet d'une telle importance pour la région mis entre les mains de bras cassés et des responsables irresponsables et des autorités absentes...et j'en passe.
Une région oubliée de tous et des wilayas voisines qui n'ont aucun intérêt pour une ouverture de Jijel sur le monde éxtérieur.
jijel.jijel
# jijel.jijel 14-12-2017 14:52
Citer :
Plusieurs facteurs continuent de retarder la réalisation de ce projet, dont on ne cesse de louer l’importance pour relier El Eulma au port de Djen Djen, mais sur le terrain… Les retards de paiement et la faiblesse des crédits octroyés par le ministère des Finances participent dans la lenteur des travaux qui caractérisent le chantier de la pénétrante autoroutière Djen Djen (Jijel) – El Eulma (Sétif) sur 110 km. Ce sont là, avec les difficultés dans la sécurisation du couloir, la topographie de la région, le retard dans les opérations de libération du tracé et le changement de certains tronçons prévus dans l’étude préliminaire, les causes invoquées par le ministre des Travaux publics et des Transports, Abdelaghani Zaâlane, dans une réponse écrite à une question de la députée Bedra Ferkhi, datée de novembre dernier.
Ces argument ne tiennent pas la route! Les éléments cités dans l'extrait ci-dessus se devaient d'être pris en considération avant le lancement effectif des travaux; dont les retards astronomiques sont dus à "autres choses"!

Citer :
Le projet, dont les travaux ont officiellement démarré en mars 2014, a atteint, 44 mois après, un taux d’avancement de 30%.
Non les travaux n'ont pas été lancés en mars 2014, en réalité les travaux ont été lancés officiellement le 15 août 2013 par l'ex premier ministre Sellal pour un délai de 36 mois et la pénétrante devaient entrer en service en août 2016.
Les délais sont donc largement dépassés et à ce rythme de réalisation, le projet ne sera pas livré avant 2022 et ça,en étant optimiste!

Les raisons de ce fiasco tiennent à la faiblesses du maître de l'ouvrage, à la faiblesse des entreprises engagées et à un manque d'organisation et de coordination entre les entreprises engagées!

Important!! L'énorme retard sur la pénétrante à un impact négatif sur le barrage de Tabellot (Djimla), ce barrage qui est terminé ne peut être mis en eau tant que le viaduc qui le surplombe n'est pas terminé! Cette situation peut causer d'énormes problèmes contractuels pour le maître d'ouvrage en charge des travaux du barrage (ANBT).

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.