Ziama Mansouriah : Pour juguler la pénurie d’eau potable Réalisation d’un forage à Taza

01022018est

Les habitants de Taza dans la commune de Ziama Mansouriah à l’ouest de Jijel, redoutent comme chaque année, surtout en période estivale le manque d’eau. Pour cette saison, on peut dire que certains villages et hameaux pourront espérer une amélioration en matière d’alimentation en eau potable. Ainsi, Lors de la dernière visite du wali de Jijel M. Bachir Far  dans la région avait lancé le projet de réalisation d’un forage, à Taza un grand village de la commune, lequel projet a été chaleureusement accueilli par les habitants.

“Nous avons attendu ce projet depuis 1962, espérant que le problème soit résolu”, a réagi Amar un sexagénaire du village. Dans cet ordre d’idées, nous avons appris qu’une entreprise de prospection a été désignée pour lancer le forage inscrit au bénéfice de Taza. “C’est un projet qui date depuis vingt ans. Enfin ! le voilà lancé”, a enchaîné un autre habitant. Ce forage alimentera Taza et la localité des Aftis car, là aussi, il faut dire que les habitants souffrent de ce manque depuis des années. Interrogé sur le nombre de puits qui seront réalisés, un élu rencontré sur place a indiqué que cela dépendait de la prospection. Ce forage va alimenter plus de 5000 âmes et mobilisera une enveloppe budgétaire de 600 millions de centimes.  Les habitants de Taza et des Aftis, tout comme les habitants de nombreux villages de Jijel, ont en mémoire ces pénuries. Les responsables locaux ont décidé de prendre ce problème à bras-le-corps. “Notre commune dispose d’une réserve hydrique très importante. Il ne suffit que de l’exploiter. Nous n’avons pas besoin d’attendre les projets réalisés à des dizaines de kilomètres de chez nous. pense un citoyen de taza, accosté devant la mairie. Effectivement, selon toutes nos sources, certains hameaux et villages de cette commune n’ont ce liquide précieux, notamment en été, que grâce aux camions-citernes. “Dans cette commune, le prix d’une citerne coûte jusqu’à 1 500 dinars”, a conclu un deuxième intervenant. Peut-être qu’avec la réalisation de ces projets, le problème serait réglé en partie. “D’autres villages vont bénéficier de ces projets à l’avenir”, a lancé un autre élu. Il y a lieu de dire qu’à Ziama Mansouriah, l’APC collabore avec les citoyens à l’aménagement des sources et à leur captage. Cela étant, ces opérations sont tout de même louables quand elles viennent soulager les citoyens.odejjijel.org

L’Est Républicain 01/02/2018 Par M. Bouchama