Connexion

Nous avons 464 invités et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

Plans communaux de développement à Jijel: Le mode de gestion critiqué

12022018wat

La réunion d’évaluation des Plans communaux de développement (PCD), tenue récemment à Jijel, a fait ressortir un flagrant manque de rigueur et des retards dans l’exécution des programmes octroyés par l’Etat aux collectivités locales.

C’est ce qui a été soulevé lors de l’intervention du wali, Bachir Far, qui n’a pas manqué d’épingler le mode de gestion, face à des P/APC tenus pour responsables de ces défaillances.

«Désormais, il y aura des réunions d’évaluation des PCD tous les quinze jours par le comité technique des daïras, et tous les mois, par la wilaya», a-t-il lancé aux P/APC pour les mettre devant leurs responsabilités quant à la gestion des fonds alloués à leurs communes. Critiquant les retards accumulés dans la réalisation de ces programmes, Bachir Far s’est encore élevé contre leur mode d’exécution en lançant : «Ce n’est pas normal qu’un projet de 6 mois prenne 4 à cinq années de retard.» «Il y a de l’argent, mais c’est le travail qui manque», a-t-il encore tonné, en faisant allusion à l’importante enveloppe allouée aux PCD à l’échelle locale.

Passant de 123 milliards de centimes en 2017, à 180 milliards au titre de l’exercice 2018, les fonds alloués aux PCD sont destinés à la réalisation de 113 opérations dans les différents secteurs de développement touchant à l’assainissement, les routes, l’éclairage public, la santé, l’éducation et bien d’autres domaines.

Dans ses orientations aux P/APC, Bachir Far est allé encore plus loin, intimant l’ordre à ces responsables de servir le citoyen, pas leurs électeurs. «Celui qui veut faire de la politique, il vaut mieux qu’il s’en aille ailleurs», a-t-il averti. Un délai d’une semaine a été donné aux responsables des communes pour établir un bilan d’assainissement de l’ensemble des opérations inscrites au titre des PCD. «Celui qui consomme plus, il aura plus, celui qui préfère dormir, il aura à rendre des comptes aux citoyens», s’est il encore adressé aux   P/APC pour leur rappeler leurs engagements électoraux.odejjijel.org

Zouikri Amor

Commentaires   

sbelhimeur
# sbelhimeur 13-02-2018 10:04
Salem aleykoum,

il y a un mot très important dans l'article, c'est le manque flagrant de rigueur.

chacun essaie de gratter dans l'enveloppe. On s'approprie la ville comme si c'était son bien. Marre des oportunistes on veut des gens compétents pour SERVIR LE CITOYEN.
saladin
# saladin 13-02-2018 08:39
Le jour où la responsabilité, à n’importe quel niveau, ne sera attribuée qu’à celles et ceux qui la méritent, du point de vue compétence et morale, on peut s’attendre à une amélioration des choses. Sinon, il y aura toujours du retard, dans la réalisation d’un travail qui sera mal fait et plus couteux…
C’est bien de se réunir tous les quinze jours pour évaluation, mais comme disait l’adage :

فاقد الشيء لا يعطيه

Autrement dit, on ne peut pas demander à un bourdon, de nous donner du miel.

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.