Connexion

Nous avons 248 invités et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

Un état des routes lamentable à Taher

Les automobilistes de la commune de Taher, à une vingtaine de kilomètres au sud-est de Jijel, doivent surement se plaindre à chaque levée du jour.

Et pour cause. L’état des routes dans cette commune est plus que lamentable et cela ne concerne pas un ou deux tronçons seulement. Aux quatre coins de la ville, les usagers sont astreints à slalomer entre les nids-de-poule, craquelures de la chaussée, fissures ou carrément des sillons profonds qui longent la route comme c’est le cas à l’entrée ouest de la commune.

 

Dès la station-service Naftal dont l’accès est problématique vu les crevasses qui vous souhaitent la bienvenue, la circulation sur le chemin de wilaya 147 jusqu’à l’entrée de la ville de Taher est un véritable parcours du combattant. Rien qu’à cette entrée, on a l’impression de rouler sur une piste au lieu d’une route ! En abordant les rues du chef-lieu de commune, la situation n’est guère plus reluisante puisque les automobilistes doivent avoir l’œil alerte pour éviter quand c’est possible un cratère, un nid-de-poule et épargner à sa voiture de subir quelques dégâts.

En ville, que l’on prenne la rue des Moudjahidine pour aller vers Ouled Souissi ou la rue Dekhli Mokhtar pour rejoindre Boucherka, le même constat est établi. Prendre la route vers d’autres coins comme Zaamouche ou Tassift, vous fera découvrir des routes délabrées, parfois à la limite du carrossable.

Les pluies assez fortes qui ont caractérisé la région cet hiver ont accentué le délabrement de ces routes, surtout en l’absence de réseaux pour canaliser convenablement les eaux pluviales. Cette situation devrait réveiller les autorités communales de Taher pour parer à cette situation qui n’a que trop duré au grand désespoir des automobilistes. Commencer par l’éradication de «l’oued» qui accueille les automobilistes venant de l’ouest pour accéder à la ville serait une première bonne action qui devrait se généraliser à travers tous les quartiers de la ville.

Fodil S.

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.