Connexion

Nous avons 308 invités et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

À Jijel, 77% de taux de féminisation

Même si elle a toujours investi le domaine de la santé en tant que médecin ou infirmière, la femme est encore de plus en plus présente dans ce secteur où elle domine un grand nombre de spécialités médicales et paramédicales.

Dans les hôpitaux, dans les cliniques publiques ou privées, ou encore dans les simples salles de soins, c’est elle qui domine. Sa présence dans ces structures a atteint aujourd’hui la proportion de 77% à l’échelle du secteur de la santé dans la wilaya de Jijel. Cette proportion risque encore de s’élever eu égard à l’absence remarquée de garçons dans les circuits de formation médicale et paramédicale.

Les dernières promotions d’aides-soignants et d’infirmiers de santé publique sont d’ailleurs largement dominées par la gent féminine. Les recrutements de médecins, généralistes ou spécialistes,  dans les EPH et les EPSP sont également dominés par une forte présence de femmes, qui ont fini par être les plus présentes et les plus visibles dans leurs blouses blanches dans les couloirs des centres de soins. Il reste qu’en dépit de cette domination, la présence des hommes pose souvent problème.

Dans des centres de soins, notamment dans les localités rurales, c’est la femme médecin ou infirmière qu’on revendique pour soigner la femme. La présence d’un homme soulève quelques réticences au sein d’une population sous l’emprise d’un conservatisme de rigueur. Pour les services de la santé, affecter une femme dans les localités rurales les plus éloignées reste une option peu probable. Des contraintes d’éloignement et de transport restent des obstacles, qui rendent aléatoire l’affectation d’une femme à ces centres. Au mois de mai dernier, lors de l’inauguration d’une salle de soins dans une localité éloignée, à Ouled Rabah, la population locale s’est mise à revendiquer la présence d’une femme dans cette structure de soins. Et pourtant, le seul infirmier affecté à  cette salle de soins est natif de la région ! 

Zouikri Amor

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.