Lettre ouverte à Monsieur le Wali de Jijel

courrier des lecteurs 2f83061

Monsieur le Wali,
Après l’exode de la décennie noire, nous essayons de nous réinstaller progressivement pour donner vie, derechef, aux hameaux délaissés.
Malheureusement, malgré nos efforts et notre bonne volonté, nous nous trouvons confrontés à quelques problèmes insurmontables dépassant nos capacités.
A titre d’exemple, nous avons procédé à la plantation d’arbres acheminés difficilement et dont l’arrosage présente de sérieux désagréments. Malgré cela, nous avons vaincu ces contraintes, mais le problème majeur reste la route.
Les efforts consentis dans ce domaine par la Wilaya se sont malheureusement arrêtés à quelques 900 m. seulement du lieu dit Boulbalout (commune d’El Ancer) où se trouvent rassemblées des familles forcées à l’abandon des lieux dès les premières pluies qui rendent impraticables le semblant de piste.


Pourtant, en son état actuel, cette piste ne nécessite pas beaucoup de frais pour son bitumage. Travail qui aurait dû suivre, ipso facto, l’électrification réalisée depuis des années sur un terrain hostile. Nous remercions l’Etat pour cette relative grandiose réalisation qui a sorti ce hameau de la préhistoire.
Nous osons espérer, que notre requête, sera entendue notamment suite aux dernières déclarations dans ce sens de Monsieur le Ministre de l’intérieur, appliquant les instructions du Président de la République, lors de sa dernière visite à la Wilaya et souhaitons que Monsieur le Wali prenne en considération nos légitimes doléances, pour le bien de la région et sa réoccupation dans de bonnes conditions.
Nous constatons que des routes sont réalisées tout autour mais la notre, enclavée, est délaissée. Depuis l’indépendance, aucune route n’a été réalisée pour nous désenclaver, des tentatives ont été faites, mais arrêtées pour des raisons qu’on ignore. Bizarrement, quelques mètres visibles seulement de la route principale ont été goudronnés ; le reste soustrait aux regards à été délaissé. Faudrait-il recourir à des manifestations, à l’occupation de l’APC ou à ‘’couper’’ des routes pour être entendus ? Evidemment, notre intention est pacifique et n’a rien à voir avec ces méthodes de violences.
Persuadés que nous trouverons une oreille attentive à cette revendication, au vu de l’intérêt que vous porter au développement, de toutes les contrées de la Wilaya.


Nous vous prions de croire, Monsieur le Wali, en l’expression de notre haute considération.

Les habitants de BOULBALOUT
Contact : e-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.