Connexion

Nous avons 253 invités et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

Oléiculture à Jijel : Les effets ravageurs de la mouche de l’olive

mouche olive

En dépit d’une saison «bien arrosée» en pluie, qui aurait pu avoir un meilleur effet sur la récolte, la campagne de cueillette des olives risque de ne pas atteindre le rendement espéré.

C’est ce que craignent des cueilleurs d’olives qui ont fait part de leur inquiétude face aux ravages causés par   la mouche de l’olivier. «C’est devenu une habitude de voir cette mouche venir décimer les récoltes, mais cette saison, c’est pire qu’avant, nous assistons à des ravages causés par cet insecte, les olives infectées sont toutes tombées pour pourrir ensuite», constate un habitué de la cueillette des olives dans la région de Settara.


Olives touchées picholines octobre 2014

Dans toutes les localités de la wilaya de Jijel, c’est le même constat qu’on fait lorsqu’on s’inquiète des répercussions de ce phénomène sur le rendement des oliveraies. Connue par ses cultures oléicoles, la wilaya de Jijel, qui tente de renouveler les espaces décimés par les feux de forêt dans le cadre du soutien aux agriculteurs, risque de voir sa récolte en huile d’olive revue à la baisse.

C’est ce qu’avancent des initiés de ce secteur, dont le rendement est resté stable, s’il n’amorce pas encore une certaine baisse. L’autre aléa qui influe sur la baisse du rendement est la vétusté des oliviers dans les champs les plus vastes des régions rurales à vocation oléicole, et qui n’ont pas été renouvelés par méconnaissance des procédés d’entretien de ces champs.

A ce jour, on continue encore à ramasser les olives qu’on fait tomber à coups de longs bâtons par les mêmes méthodes les plus séculaires, ce qui abîme les bourgeons et porte atteinte au rendement de la prochaine saison.

Il va sans dire qu’à Jijel, l’effort de l’Etat a porté sur le renouvellement de plusieurs espaces, grâce à l’aide apportée aux agriculteurs. Les espaces de production sont estimés à quelque 18 000 ha, sur un total qui avoisine les 20 000 ha de superficies des champs cultivés en olives.

La trituration des graines, pour en extraire l’huile, dont le prix ne cesse d’augmenter, atteignant en ce début de saison les 700 DA, se fait dans des huileries, acquises en majorité grâce aux subventions de l’Etat. Une partie de ces huileries sont de type traditionnel et sont implantées dans les régions rurales.

A l’heure où la récolte bat son plein, on se garde encore de donner des prévisions, même si les plus initiés à cette filière évoquent une saison de crise, voire catastrophique, en raison de la mouche de l’olive, qui a eu des effets ravageurs sur la production.

Des enfants trisomiques chez la police

Un groupe d’une vingtaine d’enfants trisomiques a été reçu, lundi, par la police, à l’initiative de la sûreté de wilaya de Jijel, à l’occasion de la Journée mondiale des personnes aux besoins spécifiques, célébrée le 3 décembre de chaque année. Accompagnés de leur enseignante de l’école Lahzil Amor de Jijel, ils ont visité, en présence des cadres de la police, une exposition sur les moyens dont dispose la sûreté de wilaya pour assurer la sécurité des citoyens, notamment sur les routes.

Des dépliants de sensibilisation sur la sécurité routière leur ont été distribués parallèlement à la tenue d’un parc de circulation dans la cour du siège de la sûreté de wilaya pour les sensibiliser sur les accidents de la route. L’invitation adressée à ce groupe d’enfants trisomiques s’inscrit dans le cadre des efforts de la police de s’ouvrir sur cette catégorie d’enfants, indique la cellule de communication de la sûreté de wilaya, qui fait part de la formation de 44 de leurs éléments pour les initier au langage des signes.

Cette formation a pour but, précise-t-on encore, de faciliter le contact avec cette frange pour établir des liens de communication avec elle. Des visites pédagogiques à des personnes aux besoins spécifiques dans les différentes structures de la police sont également programmées à l’occasion de cette journée en même temps que la programmation d’autres à des établissements spécialisés dans l’accueil et la formation de ces personnes.  

 avec Amor Z

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.