Matinale jijel.info Aventures de jeunesse.

100996638 3769880973053175 992215420507258880 n

Bonjour. Il était 05 heures quand nous nous sommes réveillés.
En attendant la levée du confinement à 07:00, et, rejoindre mon village, voyons la situation durant cette nuit.
# Une nuit plutôt calme, et, la situation épidémiologique est toujours stable à Jijel, El-Milia et même Taher, à part cette famille, originaire de SAA, venue de Blida dans leurs domicile, placée en quarantaine par précautions.

Voici une vieille histoire de jeunesse, restée gravée dans ma mémoire.

Nous sommes au début des années 90, nous étions des enseignants dans la fabrication mécanique et maintenance industrielle à Taher.
Mes deux amis, des anciens d'El-Hadjar: Ammar Chouaichia, originaire de Sedrata, située dans la wilaya de Souk Ahras, et Aziz Mahor, originaire de Bellaa, une commune située dans la daira d'El-Eulma.
Nous avons reçu tous les trois une convocation de l'Institut de Setif, pour passer un examen de positionnement, et, nous devrons être au rendez vous le lendemain à 8 heures.

Nous sommes partis tôt le matin dans ma 504, alors qu'à cette époque, nous avons pris tous les risques de la décennie noire.
Arrivés aux environs de Grarem, là où, se trouvait les eucalyptus, j'avais senti que l'accélérateur ne fonctionne plus.:eek:

Je m'arrête, il faisait noire, et, nous avons oublié la lampe électrique, et en plus, aucune voiture de passage, ne veut s'arrêter.
Je m'adresse à mes deux amis, car, nous avons tous les trois une grande expérience avec la mécanique:
"...Je leur ai posé la question pourquoi ma voiture n'accélère telle plus ...?"
le dysfonctionnement a été tout de suite détecté, mais, il nous faut surtout de la lumière.

Après un bon moment, nous avons entendu l'adhan d'El-Fedjr à une dizaine de km.
La seule solution trouvée, c'est rejoindre la mosquée pour pouvoir réparer la voiture et continuer le long trajet, mais comment ?

Aziz, est assis dans le moteur, le capot élevé, pour pouvoir accélérer manuellement à partir du carburateur et Ammar me guider, car, je ne voyais plus rien.

Arrivés difficilement devant la mosquée, les fidèles, nous ont aidés avec leur torches, et, nous avons réussi à remettre en place et ajuster le câble d'accélérateur en raison d'un écrou desserré sur le carburateur.

Et, hop direction Setif, nous sommes arrivés à temps et subir notre examen avec succès.

Les souvenirs sont ce qui nous reste du bonheur passé...    Bonne journée:-)

 

 MedSouilah