Pensif et triste au bord du rivage.

Sans titre.pnggdddyh

De nos archives à Ziama: Cela fait deux année jour pour jour...

Ce Samedi, un rivage calme, doux, triste et dangereux....

Le père, les frères,les amis du jeune Sami de Ziama, disparu au fond de mer, depuis le 16 janvier, souffrent au silence.

Un père bouleversé, toujours sous le choc, un cœur généreux, les mains tendues au ciel, des yeux attentifs, en espérant revoir son fils pour la dernière fois.

Les recherches se poursuivent, sans aucune nouvelle.

Malgré que la blessure guérit, la cicatrice demeure toujours...

Parler de ses peines, c’est déjà se consoler... Et, Nul ne peut atteindre l’aube sans passer par le chemin de la nuit.

Rabi Aysabarkoum oua Aysabarna

 

MedSouilah