Un chacal sème la panique à l’école Kimouche Ahmed

Le chacal cet animal carnivore sauvage est toujours recherché par les éléments de la Protection civile de Jijel. Cela s’est produit avant- hier aux environs de 18 heures lorsqu’un chacal a été vu dans une cache à l’école Kimouche Ahmed située entre la cité de Benchaïboune et la cité 40 hectares, déclenchant une vague de panique sur les hauteurs de la ville de Jijel, un quartier d’habitude plutôt calme, qui a connu avant hier une animation très particulière... Ainsi, l’information qui circule depuis une semaine sur la présence de cet animal, très dangereux, s’est confirmée avant-hier après qu’il eut été effectivement vu dans sa cache au niveau d’une forêt de roseaux près de l’école. Malgré la mobilisation de tous les moyens dont disposait la Protection civile, qui se sont avérés inefficaces devant le chacal terré dans un coin d‘accès très difficile. Il faut dire que la foule nombreuse constituée de pompiers, mais aussi de curieux a stressé l’animal qui n’a pas voulu quitter sa cache. qui n’est malheureusement pas bien visible à cause du défaut d’éclairage des lieux. Et ce sont justement les élèves qui ont paniqué lorsqu’ils ont vu l’animal sortir de sa tanière, montrer ses crocs , pour vite rejoindre sa cache. Des parents d’élèves ont vite alertés les autorités sur la présence de l’animal sauvage. A noter que depuis une vingtaine de jours, les habitants de la cité Benchaïboune, vivent une situation des plus insolites. En effet, une meute de chacals rode chaque jour et chaque nuit dans les ruelles des hauteurs de la ville de Jijel semant ainsi inquiétude et trouble parmi les habitants. « C’est chaque jour la même chose, ces loups arrivent tôt le matin et vers la tombée du jour et donnent une peur bleue aux enfants au moment de leur rentrée ou sortie de l’école. » Nous dira Tahar. Si pour le moment ces chacals n’ont agressé personne, la peur reste palpable chez Da Slimane, qui nous dira en l’occurrence : « Le danger est réel quand on sait que cette cité est à proximité de la forêt de l’Ekete où errent des chacals et des renards. Le contact des chiens avec ces animaux sauvages est évident et le risque d’une contamination de la rage est prépondérant ».odejjijel.org
L’Est Républicain 2/04/2015 Par M.Bouchama