Connexion

Nous avons 530 invités et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

BLOCS FISSURÉS DE LA CITÉ TABRIHT À EL-MILIA (JIJEL). Course contre la montre pour le relogement des occupants

d course contre la montre pour le relogement des occupants 62430

Vivant dans une angoisse permanente, les occupants de ces blocs ont pourtant épuisé toutes les voies de recours, en frappant à toutes les portes depuis plusieurs années dans l’espoir d’être relogés dans des appartements plus sûrs. Le wali leur a promis de les reloger d’ici fin décembre prochain.

L’heure du relogement des occupants des blocs fissurés de la cité Tabriht, à la périphérie sud-ouest de la ville d’El-Milia (wilaya de Jijel), a, semble-t-il, enfin sonné. Et pour cause, c’est le branle-bas de combat chez les autorités de la wilaya qui, depuis quelque temps, s’échinent à reloger les habitants de cette cité sinistrée dans de nouveaux appartements, au plus tard, insiste-t-on, d’ici la fin de l’année. 

C’est ce que relèvent les déclarations rassurantes du wali Abdelkader Kelkel, qui multiplie les signaux favorables à cette opération tant attendue par plus de 400 familles. Vivant dans une angoisse permanente, les occupants de ces blocs ont pourtant épuisé toutes les voies de recours, en frappant à toutes les portes depuis plusieurs années dans l’espoir d’être relogés dans des appartements plus sûrs. Mais peine perdue, puisque leurs tentatives de faire entendre leur voix ont buté contre un mur de silence avant que cette décision ne tombe.

 

C’était à l’occasion d’une réunion du conseil exécutif de wilaya, lorsque le wali a donné instruction pour que les travaux de réalisation des différents réseaux soient achevés dans les meilleurs délais dans le pôle urbain d’Asserdoun, à la périphérie nord de la ville d’El-Milia. Et c’est justement dans ce nouveau pôle urbain que les occupants des blocs fissurés et menaçant ruine de Tabriht seront relogés. Avant cette réunion, et lors de sa visite à El-Milia pour installer dans ses fonctions le nouveau chef de daïra, le wali a assuré à un habitant de cette cité, qui l’a interpellé sur le cas de ces blocs, que “tout sera fait pour que ce problème soit définitivement réglé d’ici le mois de décembre prochain”.

Jeudi dernier, le même responsable est revenu à El-Milia dans une autre visite pour aller s’enquérir de la situation des travaux à achever au pôle urbain d’Asserdoun. Il convient de souligner que faute d’une solution de rechange pour trouver des logements aux sinistrés de la cité Tabriht, les responsables de la wilaya se sont tournés vers ce pôle. C’est finalement tout un quota de logements qui va être extrait du modeste programme social locatif, destiné aux demandeurs de logements dans cette commune qui doivent désormais prendre leur mal en patience et attendre le lancement de nouveaux programmes.

Avec le relogement prévu des dernières familles de cette cité, ils seront quelque 600 logements menaçant effondrement à être abandonnées suite aux graves fissures apparues sur leurs façades. Il y a lieu de rappeler que ce problème est soulevé depuis 2006, lorsque les premiers alertes sur ces fissures ont été données. En 2010, un premier groupe parmi les occupants de ces blocs a été évacué en catastrophe, et cette opération s’est poursuivie pour toucher au total quelque 200 familles.

Les 400 autres occupants de ces habitations non concernés par ces relogements ont vécu dans l’angoisse, allant jusqu’à passer des nuits à la belle étoile de peur de voir ces “blocs de la mort” s’effondrer sur leurs têtes. La décision de leur évacuation tombe à point nommé pour les délivrer d’une longue et angoissante attente. Au-delà de cet heureux dénouement, c’est tout un capital de logements qui a été dilapidé dans cette commune, confrontée à un déficit criant en la matière.

Quant aux blocs fissurés de Tabriht, bâtis sur un sol en perpétuel mouvement que des tentatives de confortement n’ont pas pu stabiliser, ils resteront le symbole de la gestion scandaleuse d’un des plus importants programmes de logements dont a bénéficié la commune d’El-Milia. 


Amor Z. 

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.