RACCORDEMENT AU GAZ NATUREL À JIJEL. Des projets qui tardent à voir le jour

d des projets qui tardent a voir le jour 9ea5e

En dépit des retards dans le raccordement au gaz naturel de certaines localités rurales, la wilaya de Jijel a atteint un taux de couverture de 70% en cette source d’énergie.

Si beaucoup de projets de raccordement au gaz naturel ont réussi à desservir de nombreuses localités rurales à travers différentes communes de la wilaya de Jijel, nombre d’habitants sont préoccupés par les retards mis dans l’alimentation de leurs foyers en cette source d’énergie. C’est dans la commune de Djimla que le problème se pose avec insistance et qui attend d’être raccordée au réseau du gaz à partir de la commune de Hamala (wilaya de Mila). Sauf que cette attente a été trop longue depuis que ce projet a été lancé avec la mise en place de certains réseaux dans des localités relevant de cette commune. 

 

Cependant, à ce jour, le projet connaît un blocage, comme l’a souligné le P/APC, qui n’a pas d’ailleurs caché son étonnement. Affirmant ne pas connaître les raisons de ce retard, ce responsable semble ne plus croire aux promesses avancées sur l’achèvement de ce projet tant attendu par la population de sa commune, alors que l’alimentation de cette dernière en gaz de ville était prévue depuis longtemps. Selon lui, ce réseau doit encore parcourir quatre communes de la wilaya de Mila avant d’atteindre la commune de Djimla et ensuite Beni Yadjis (wilaya de Jijel).

En attendant que les raccordements nécessaires à ce projet soient mis en place, les populations concernées continuent de se rabattre sur les bonbonnes de gaz pour se chauffer, comme le fait savoir l’édile. “Il y a des dépôts privés qui s’alimentent à partir du centre enfûteur de Taher en gaz butane”, a-t-il indiqué. Cette situation ne permet pas toutefois à ces populations de faire face, dans les meilleures conditions, à la vague de froid qui s’est installée dans la région en cet hiver qui s’annonce rude avec l’accumulation de la neige sur les hauteurs. 

Le retard dans le raccordement au réseau du gaz naturel ne concerne pas uniquement les communes de Djimla et Beni Yadjis, puisque cette préoccupation est également soulevée à Chehna, une autre municipalité rurale. Le P/APC de cette commune, Arbid Mekki, a indiqué qu’un projet qui devait concerner quatre groupements d’habitations n’est toujours pas concrétisé. 

En plus du chef-lieu de cette commune, trois autres groupements attendent d’être alimentés en gaz, selon ce responsable communal. Il reste à souligner qu’en dépit de ces retards dans le raccordement au gaz naturel, la wilaya de Jijel a atteint un taux de couverture de 70%. La distribution publique du gaz naturel à Jijel, selon l’intitulé des opérations lancées dans le cadre du programme 2010-2014, portera, à terme, sur la couverture des dernières communes, à savoir Selma Ben Ziada, Erraguène Souissi et Ouled Rabah. 

Cette dernière phase permettra de boucler ce programme et couvrir à 100% l’ensemble de la wilaya de Jijel en gaz naturel. Cette prévision reste toutefois liée à la disponibilité des ressources financières, selon les moyens dont disposera le pays.


Avec Amor Z. liberté