Des acquis pour les malades dialysés

En moins d’une année, les malades souffrant d’insuffisance rénale ont bénéficié de la mise en marche de deux centres d’hémodialyse, à Taher et El Milia. Visités par le ministre de la santé lors de sa dernière tournée à Jijel, ces deux structures, déjà opérationnelles depuis quelques temps, offrent un réel confort pour la prise en charge des malades.

A Taher, la structure est un réel bijou dans sa conception, pendant que celle d’El Milia est encore plus importante de part ses capacités d’accueil, qui peuvent s’étendre pour l’ouverture d’un service de néphrologie. «C’est un véritable acquis pour les malades, en plus de leurs équipements modernes, les deux structures offrent de très bonnes conditions de prise en charge des dialysés», se réjouit-on.

Finis donc les longs déplacements pour les malades qui avaient pour habitude de venir de Ghebala, Ouled Rabah, Ouled Askeur ou d’autres localités encore plus éloignées pour se rendre à Jijel pour les besoin de leurs séances de dialyse. Ces structures offrent une trentaine de générateurs.

 Leur capacité est renforcée par celle du service d’hémodialyse de Jijel, le plus ancien qui a de tout temps joué un rôle prépondérant dans la prise en charge des  insuffisants rénaux.

Selon des données de l’association des insuffisants rénaux, on recense dans la wilaya de Jijel plus de 300 malades, dont une soixantaine en instance de dialyse. Les structures de dialyse existantes offrent une soixantaine de postes, qui s’ajoutent à une dizaine d’autres dans le secteur privé.      

Adam S.