Connexion

Nous avons 531 invités et un membre en ligne

  • MedSouilah

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

La pièce Salah-Bey chaleureusement accueillie à Jijel

La pièce "Salah-Bey" du Théâtre régional de Constantine (TRC) a été chaleureusement accueillie, vendredi à Jijel où elle a été présentée à la maison de la Culture Omar-Oussedik, .

Programmée dans le cadre de la manifestation "Constantine, capitale de la Culture arabe 2015", cette œuvre a été suivie avec beaucoup d’intérêt par un public averti et connaisseur du 4ème art.

C’est "un voyage à travers le temps et l’espace", a indiqué à l’APS un spectateur, admiratif devant l’excellente prestation de la troupe du TRC, bien rodée aux arcanes des planches.

La pièce d’une durée de 90 minutes, réalisée par Mohamed-Tayeb Dehimi, sur un texte de Saïd Boulmerka, montre le personnage de Salah, âgé de 16 ans, débarquant au port d’Alger en provenance d’Izmir (Turquie). Survient ensuite une voyante qui prédit un avenir radieux et éblouissant à celui qui sera le futur Bey de Constantine.

Il s’agit d’une "histoire relue de Salah Bey", le metteur en scène et l’auteur du texte ayant mêlé l’histoire à la fiction pour présenter un travail artistique adapté aux planches, a déclaré M. Dehimi à l’APS.

S’agissant de l’histoire du voile noir (M’laya), porté par les femmes à Constantine et dans la région Est du pays en signe, dit-on, de deuil après l’exécution du bey, le metteur en scène a estimé qu’il s’agit là d’une "contrevérité historique".

Pour Dehimi, les constantinoises n’ont jamais porté le deuil de Salah Bey car ce voile sombre était "venu bien avant, avec l’Etat Fatimide''.

"Nous avons été suffisamment gavés de fausses vérités et de mensonges et il est temps de s’attaquer à d’autres légendes qui ont corrompu l’histoire de la ville des Ponts", a tenu à commenter l’homme de théâtre constantinois dont la toute dernière œuvre est venue enrichir le riche répertoire du théâtre de l’antique Cirta.

Pour rappel, la maison de la Culture de Jijel abritera, lundi après-midi, une autre pièce de théâtre intitulée "Ettahaouelete" (les mutations), une production du théâtre régional de Souk Ahras.odejjijel.org

L'Expression 10/05/2015 Par Abdelhamid ZOUAD de l'APS

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.