Connexion

Nous avons 465 invités et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

APC d'El Taher : la réunion de la dernière chance

Le conflit qui mine l’assemblée populaire communale de Taher depuis 5 mois devrait connaître son épilogue ce dimanche. Les élus de cette assemblée sont appelés aujourd’hui à la réunion de la dernière chance pour éventuellement décider du déblocage de la situation dans cette commune minée depuis septembre dernier par un conflit qui oppose 18 élus au président de l’APC.

 Ce dernier, Hafid Boumahrouk, a ainsi invité les membres de l’assemblée pour une réunion qui se tiendra à 14 heures avec pour ordre du jour, entre autres, l’approbation du projet de budget 2015, du cahier des charges relatif au marché hebdomadaire et la modification de certaines délibérations.

Le wali a donné un délai de 15 jours à l’assemblée avant de recourir aux dispositions réglementaires applicables en pareil cas.

Les 18 élus qui exigent le départ du président de l’APC sont, depuis, confrontés au refus du maire d’accéder à leur doléance en refusant de démissionner de son poste et répondant qu’il l’aurait certainement fait si «j’avais dilapidé des deniers publics, été accusé de mauvaise gestion, l’on me reprochait des actes immoraux, (…) ou que je n’appliquais la loi».

Conforté par les dispositions de la loi relative à la commune, notamment son article 62 qui stipule que le président de l’assemblée populaire communale est élu pour le mandat électoral», le refus des autres élus de participer à la gestion communale sans sa démission, a créé une situation de blocage qui n’a que trop duré.

A défaut d’arrangement lors de cette «ultime» assemblée, le wali pourrait être amené à actionner les dispositions de l’alinéa 6 de l’article 46 de la loi relative à la commune qui dicte «qu’en cas de dissensions graves entre les membres de l’assemblée populaire communale, empêchant le fonctionnement normal des organes de la commune et après mise en demeure de l’assemblée par le wali, restée sans effet», il est procédé à la dissolution de l’APC.Dans ce cas,  un administrateur et deux assistants seront chargés de gérés les affaires de la commune jusqu’à l’installation d’une nouvelle assemblée communale.                                                

Fodil S.

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.