Alger: policiers et troupe folklorique pour empêcher la manifestation de l’opposition

Les festivités ont commencé devant la Grande Poste au milieu d’un important dispositif de sécurité. Les accès à la Grande Poste sont bloqués. Même les journalistes ne sont pas autorisés à y accéder. « Les ordres sont stricts », nous explique un policier.

Un important dispositif de sécurité a été installé devant et à proximité de la Grande poste, au centre d’Alger, a-t-on constaté sur place. Une dizaine de camions de police ont été mobilisés. Les forces antiémeutes sont déployées devant la Grande poste où la manifestation de l’opposition contre le gaz de schiste est prévue à midi.

Un déploiement dénoncé par l’opposition. « Alger : Les forces anti-émeutes déployées en masse dans les principales artères.

La répression : la seule réponse des autorités », écrit Athmane Mazouz, chargé de communication du RCD, sur son compte Facebook. « Vu le blocage de la capitale par les forces de l’ordre; réunion urgente des membres de l’ICSO à 10h au siège d’Ennahda ! », annonce Sofiane Djilali.

 

 

Sur place, les citoyens montrent des signes d’agacement face à ce déploiement. Une femme, la soixantaine, qui habite la rue Didouche Mourad est indignée. « Ils ont barricadé toutes les ruelles en prétextant que c’est une simple fête où ils rendront hommage à quelques personnes. Ils prennent le peuple pour des ignorants. On sait très bien que c’est pour bloquer la marche », explique-t-elle. En colère la dame proteste devant les policiers : « Je suis dans un lieu public vous n’avez pas le droit de me chasser».

 

 

 

 

 

TSA