Connexion

Nous avons 655 invités et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

Ali Mendjeli : trois turcs agressés à l’arme blanche. "Les auteurs de l’agression arrêtés" "

Les auteurs de l’agression perpétrée, mercredi dernier, sur trois ressortissants turcs à la nouvelle ville Ali Mendjeli, ont été arrêtés le même jour, selon un bref communiqué de la sureté de wilaya. Il s’agit de trois jeunes, âgés entre 20 et 22 ans, qui se sont attaqués à l’arme blanche aux victimes vers 13h lors de leur sortie d’un restaurant situé près du centre commercial Ritadj.

Les blessés avaient été évacués dans un état jugé grave vers l’hôpital d’Ali Mendjeli, avant que deux d’entre eux ne soient transférés en urgence vers le CHU Benbadis.

Selon le même communiqué, les services de sécurité ont réussi à appréhender l’un des agresseurs au niveau de l’hôpital d’El Khroub, avant d’arrêter ses deux complices. 

Arslan Selmane


 

Ali Mendjeli : trois turcs agressés à l’arme blanche

Trois personnes de nationalité turque ont été attaquées, hier, par un groupe d’individus, alors qu’ils sortaient d’un restaurant, situé près du centre commercial Ritadj à Ali Mendjeli. Selon des témoins oculaires, l’agression a eu lieu vers 13h30.
Les victimes, qui ont été surprises par des individus armés de couteaux, ont reçu plusieurs coups devant des passants choqués.
La scène, qui s’est déroulée dans un endroit très fréquenté de la nouvelle ville, a provoqué une panique parmi les commerçants et les riverains, selon les mêmes témoins. Devant la gravité de leur état, une dame présente sur les lieux a vite transporté les trois victimes à bord de sa voiture vers l’hôpital d’Ali Mendjeli.
L’on saura auprès de sources médicales que l’un des agressés a été admis au bloc opératoire de l’hôpital d’Ali Mendjeli, alors que les deux autres ont été évacués en urgence vers le CHU Benbadis. Selon les informations en notre possession, les trois turcs sont des cadres d’une entreprise chargée de réaliser des projets de logements à Ali Mendjeli. L’identité des agresseurs demeure inconnue
Cherif Guelib CONSTANTINE

Commentaires

igilgilli
# igilgilli 25-01-2015 13:37
Cette nouvelle ville de Ali-Mendjelli été présentée par les autorités comme le projet phare pour éradiquer les bidonvilles de Constantine..
10 ans après , le constat est plus qu’alarmant, cette ville-dortoir est une véritable catastrophe urbanistique.






Hoscin
# Hoscin 24-01-2015 21:23
Ceci dénote la déliquescence de l’État et ses démembrements.
Hoscin
# Hoscin 24-01-2015 21:19
La nouvelle Ville Ali Mendjli se trouve à Constantine.
terranox
# terranox 24-01-2015 20:07
entièrement d'accord avec vous , mais c'est les honnêtes gens qui payent à la place de ces voyous à liquider définitivement une balle dans la tête .
Daykhabotros
# Daykhabotros 24-01-2015 20:07
Une journaliste et un caméraman de la télévision KBC ont été agressés et séquestrés par le responsable de la sécurité du centre commercial de Bab Ezzouar. Le Syndicat national des journalistes a dénoncé ces actes. Une plainte a été déposée contre l’employé du centre. Par Naziha Sadki


L'équipe de journalistes devait effectuer un reportage sur les soldes. (Il n'y'a pas que les trucs qui fassent agrésser on est tous des agresseurs et des agresseurs )
La journaliste Sarah Soudaki et le caméraman Ahmed ne s’attendaient pas à être confrontés à un acte de violence en se dirigeant, vendredi matin, au Centre commercial de Bab Ezzouar. « Nous étions chargés de réaliser un reportage sur les soldes. Une fois arrivés sur place, nous avons demandé à rencontrer le responsable de la communication afin d’obtenir une autorisation de filmer, c’est la procédure », explique Sarah.

L’équipe se dirige donc vers les locaux de la direction générale de l’entreprise de gestion du centre. « On nous a orientés vers un certain Samir, cadre chargé de la permanence en ce vendredi. Il semble qu’il n’était pas dans la partie administrative, nous sommes donc restés dans un long couloir ».

Les deux collègues sont soudain interpellés par un individu. « Un homme est arrivé en courant. Il me semble qu’il savait que nous étions sur place, probablement à cause des caméras de surveillance. Il s’est mis à crier et à nous insulter. J’ai tenté très calmement de lui expliquer les raisons de notre présence, notre profession, mais il n’a rien voulu savoir », note Sarah Soudaki.

Selon elle, le personnage en question n’est autre que le chef de la sécurité du centre commercial. « Il ne s’est pas contenté de nous insulter Samir et moi, il a ensuite voulu me frapper lorsqu’il a vu que nous ne nous taisions pas. Mon collègue s’est interposé entre nous pour ne pas que je prenne de coups ».

Leur calvaire ne s’arrête pas là. Le responsable de la sécurité décide alors de les séquestrer. « Il a fermé toutes les issues pour nous obliger à ne pas quitter les lieux. Nous sommes restés dans le long couloir durant 20 minutes. Ensuite, des agents nous ont fait sortir par une issue de service ». Les deux collègues se dirigent immédiatement vers le commissariat pour déposer plainte.

« Au courant de la soirée, la directrice des ressources humaines du centre commercial m’a appelé au téléphone pour m’annoncer que leurs avocats s’étaient saisis de l’affaire. C’est le monde à l’envers, ils veulent faire de nous des coupables alors que nous sommes les victimes de cet individu », souligne Sarah Soudaki.

Le Syndicat national des journalistes a dénoncé les actes subis par l’équipe de KBC. « Alors qu’ils se dirigeaient vers les bureaux de la direction du centre, en vue d’obtenir l’autorisation de filmer sur les lieux pour les besoins d’un reportage, nos confrères seront surpris par le chef de la sécurité : injures, propos orduriers et agressions physiques de la part de ce responsable zélé et qui répondra de ces actes devant la justice. Le Syndicat national des journalistes qui assure nos deux confrères de son entière solidarité exige, également des sanctions exemplaires à l’encontre de l’agresseur », note le secrétaire général du SNJ dans un communiqué de presse.

N.S
NoureddineBousdira
# NoureddineBousdira 24-01-2015 17:43
El hicher darbou lehbel, même les ressortissants étrangers ne sont pas quittes de la folie sanguinaire et inconsciente de voyous cultivant à merveille l'ignorance et la sauvagerie...
Daykhabotros
# Daykhabotros 24-01-2015 18:31
Bataille rangée entre avocats et policiers au tribunal d'Alger
HuffPost Algérie
Publication: 24/01/2015 16h05 CET Mis à jour: il y a 2 heures TRIBUNAL ALGER

(est ça c'est un bon exemple )qu'ont-ils fait ces trucs pour se faire agresser saignement )
Une bataille rangée a opposé dans la matinée du jeudi des avocats et des policiers au Palais de justice d'Alger, rapporte le journal El Khabar dans son édition d'aujourd'hui.

Présent sur les lieux au moment des faits, le journaliste d'El Khabar, évoque des "scènes de violences physiques graves" entre policiers et avocats dans l'enceinte du Palais de justice.

Tout a commencé quand un policier a interdit à un avocat, qui ne portait pas sa toge, l'accès à la cour de justice. Devant la persistance du policier à l'empêcher d'entrer, l'avocat s'est écrié: "Gardez vos limites et n'oubliez pas que je suis avocat". Le policier n'a pas changé d'attitude.
Il était clair, écrit El Khabar, que le policier était "armé" d'instructions de magistrats de siège et du parquet qui imposent une règles strictes" et a tenté de le repousser de force de la salle.

"Cette scène "inhabituelle" à laquelle a assisté El Khabar a entraîné l'arrêt de la session, les avocats présents volant au secours de leur collègue. Ensuite, de nombreux policiers sont sortis vers le hall du palais de justice où les affrontements physiques et les échanges verbaux vifs se sont poursuivis".

La "bataille" ajoute le journaliste s'est étendue à la salle de réunion des avocats qui ont essayé de monter au huitième étage où se trouve le bureau du procureur général Belkacem Zeghmati pour se plaindre de la "violence policière". Mais les policiers les ont rattrapé et les en ont empêché, ce qui a accentué les tensions.

Les échauffourées se sont poursuivies au niveau du deuxième étage du bâtiment où une "avocat a été touché dans une des plus violentes scènes" de l'incident. Le bâtonnier Abdelmadjid Selini était "au summum de la colère" et a promis de ne pas "se taire devant ce grave dépassement de la police".
Les violences ont duré plus d'une heure avant de s'arrêter mais le climat est resté tendue au Palais de Justice et la programmation des procès a connu une forte perturbation. El Khabar indique que selon des sources au parquet, le procureur Zeghmati a "demandé un rapport
Daykhabotros
# Daykhabotros 24-01-2015 09:05
A Ali mendjli les agressions sont quotidienne personne n'est épargné les gens honnêtes rasent les mûrs ali mendjli c'est le royaume des voyous cette nouvelle ville? N'a rien à envier a annaba en terme de violence il faut voir pour y croire il a fallu que trois trucs se fassent agresser pour que l'on parle de cette sinistre nouvelle Quoi Béton Béton Béton soit disons ils ont supprimer les bidonvilles pour en créer des cages à poules cette bourgade ne mérite pas le nom de çe grand monsieur intégre vrai patriote qu'est monsieur Ali Mendjli elle n'a rien d'une nouvelle ville comme il en existe dans les pays développer ou tout le monde donne son avis responsables architectes paysagistes ect ect
terranox
# terranox 24-01-2015 08:18
il faudrait punir sévèrement ces voyous pour que d'autres penseront à ce qui les attends .
NoureddineBousdira
# NoureddineBousdira 24-01-2015 17:46
Si la chose dépendait de moi, j'adopterais la politique Hitlérienne consistant à tout débarrasser physiquement de ces gens qui ne sont pas viables pour vivre dans une communauté sociale.

Dama punition hadi, zid hattou fel hebbss ou zid wekkel jaddou... ar'mi âlik lekh....

Vous devez vous ---« inscrire »---pour pouvoir poster un commentaire.